Votre séjour dans la région

Depuis la création de l'association, chaque année des adhérents ou sympathisants séjournent à Thionck-Essyl et en reviennent toujours enthousiastes. Loin de la turbulence de Dakar, Thionck-Essyl est souvent vécu comme un havre de paix. Les quelques actions rebelles très ponctuelles dans le passé (une attaque contre le crédit mutuel,) sont maintenant de l’histoire ancienne.   Pas de risques de vols ou d'agressions propres aux grandes villes, et l'environnement est enchanteur... On peut sans crainte en fin de journée se baigner dans le bolong et la nuit tombée, déambuler dans les rues terreuses de ce grand village; on peut consommer une bière au bar de Blaze sans offusquer personne!

Thionck Essyl se mérite : s'il faut 5 à 6 heures d'avion pour rallier  Dakar depuis Paris ou Nantes,   il n’en va pas de même pour accomplir les 450 km qui séparent Dakar de Thionck Essyl. Le trajet routier, en T7 (taxi familial de 7 places) ou en bus très « rustique », exige une certaine patience avec plusieurs attentes, notamment au bac de Farafemmi, à divers postes de contrôles  de Gambie. Partout l’état des routes laisse à désirer. Autour de Thionck Essyl, les pistes sont parfois bitumées mais les nids de poule sont nombreux. Bref il faut compter la journée ! … D’autres modes de transport existent : depuis le terrible naufrage du Diola, la liaison maritime est désormais fiable  : le ferry Aline Sitoe Diatta (500 passagers et régulièrement complet) assure des rotations Dakar-Ziguinchor le mardi et le vendredi. Quant aux liaisons aériennes, il est prudent de s’informer ! Ensuite de Ziguinchor, il est facile de rallier Thionck Essyl par taxi collectif. Par expérience nous conseillons la liaison par bateau qui permet une jolie croisière sur le fleuve Casamance et une escale possible à l’île de Karabane.

La saison sèche de novembre à avril est la meilleure. Pendant l’hivernage (saison des pluies) les routes sont parfois coupées,  il y a beaucoup de moustiques et des risques de paludisme.

Comment s'y rendre ?

Le Président Macky Sall tient à perpétuer pour son pays la réputation d'«'îlot de stabilité » dans un cadre démocratique et veut favoriser le tourisme. Pour l’instant le Sénégal est épargné par les troubles qui touchent le Mali, le Burkina Faso,  la Centrafrique ou le Nigeria où sévissent djihadisme, Boko Haram, conflits ethniques, religieux...Il nous paraît important plus que jamais de rencontrer nos amis essyliens et sénégalais par souci de découvrir d'autres cultures et de partager des valeurs communes. . Ces voyages sont le fondement de notre vie associative.

Quand s’y rendre ?

Comment s'y prendre ?

    Le plus simple est de se joindre au groupe qui chaque année fait le voyage au mois de février. Il suffit de contacter le président Pierre Lelièvre qui vous donnera tous les renseignements nécessaires.

Deuxième possibilité : contacter directement Bonis Diatta. Membre fondateur et vice-trésorier de l’association, il est aussi le propriétaire du campement Abeukoum et guide touristique depuis plus de vingt ans. Il peut organiser votre séjour à partir de Dakar ou de Ziguinchor 

(tél : 002216059357 )

Enfin, les routards aguerris peuvent se débrouiller pour se rendre tous seuls au village. Cependant il est conseillé de prévenir Bonis avant votre arrivée au campement.