Economie locale: nos réalisation

Les femmes sont actives et accomplissent beaucoup de travaux pénibles , porteuses de charges de bois, porteuses dès l'aube de bassines d'eau, pileuses infatigables ...
Nous avons équipé de nombreux puits de quartier de poulies pour faciliter le puisage de l’eau. Nos aides ont permis de financer  deux activités bien ancrées dans leur quotidien : la confection de batiks et la culture de potagers.

L'Association des Femmes du quartier de Kamanar s'est judicieusement lancée dans la confection de tissus en batik ; elles ont plaisir à se rassembler chaque semaine dans la cour de la MFR (maison familiale rurale) pour y confectionner toutes sortes de batiks (nappes, vêtements). Nous leur avons fourni machines à coudre, tampons de bois à motifs variés, teintures. La difficulté reste de trouver un débouché commercial. A chaque voyage nous rapportons des nappes qui sont toujours appréciées ; c'est ainsi que le dernier lot de nappes (voyage 2015) a rapporté 1060€, belle récompense pour les femmes qui les ont confectionnées.

L'activité potagère : la municipalité a octroyé à chaque quartier un terrain pour des potagers collectifs qu'entretiennent avec constance les femmes essyliennes. Notre aide concertée avec l'association espagnole a permis d'optimiser ces potagers par l'aménagement de bassins, de puits, de pompes alimentées par des panneaux photovoltaïques. Le soutien aux activités de maraîchage des femmes reste un des points forts de notre action.

Empêcher l'exode des jeunes et l'oisiveté, permettre l'autonomie alimentaire , voilà ce qui a dicté la réalisation d'un projet « pêche » sur une idée de Lamine J. Club Dhiediou, jeune président de la section sénégalaise. Mettre à la disposition d’une équipe de jeunes pêcheurs une pirogue motorisée, c'est ce qui a pu être fait grâce aux actions conjointes de nos 3 sections: l'Espagne finançant la pirogue et les filets ; la France le moteur ; la section sénégalaise recevant un prêt remboursable sur les gains des pêches pour l'achat du reste du matériel nécessaire.

Cette action a permis pendant 3 ans de créer une dynamique locale ; le quartier de Kamanar a pu être ainsi approvisionné en poissons. Peu à peu l’équipe s’est dispersée, le matériel s’est dégradé et la belle expérience a sombré. Toutefois, l’espoir n’est pas anéanti et d’autres projets de ce type sont susceptibles d’être encouragés grâce à nos prêts à taux zéro.

Cette action a permis pendant 3 ans de créer une dynamique locale ; le quartier de Kamanar a pu être ainsi approvisionné en poissons. Peu à peu l’équipe s’est dispersée, le matériel s’est dégradé et la belle expérience a sombré. Toutefois, l’espoir n’est pas anéanti et d’autres projets de ce type sont susceptibles d’être encouragés grâce à nos prêts à taux zéro.

Apiculture :  Développer la production et la commercialisation de miel pour répondre à une forte demande locale, tel est l’objectif de ce projet. 20 ruches ont pu être achetées et sont colonisées. Il ne reste plus qu’à aller déguster le miel… 

Mangues :   sous l’initiative de  la présidente de la MFR (maison familiale rurale), il s’agit de récupérer des mangues  non commercialisables pour en faire des conserves et des confitures.     

Pisciculture : une activité piscicole a vu le jour (achat de matériel, creusement d’un bassin) les poissons prolifèrent mais sont volés, Ce qui a compromis les premiers remboursements…

Campement touristique Abeukoum :  pour favoriser l’essor touristique et l’emploi local, un prêt a été accordé au campement Abeukoum (en diola ,le fromager sacré). Depuis ses débuts l’association a soutenu le développement de ce campement  géré par Bonis Diatta et son frère. Le  prêt vient de  permettre le financement de panneaux photovoltaïques pour en améliorer le confort.     Ce campement paisible et pittoresque avec sa case à impluvium, situé à l’orée du village et à proximité du bolong , permet une bonne immersion  dans la vie diola ; il est désormais référencé dans le site du Routard ; il reste à espérer que les touristes se réconcilient avec la Casamance pour en apprécier les charmes.

Pour toutes informations, contacter :

En France 

Au Sénégal :

François Pellerin  :   pellerin.marieannick50@gmail.com                        02 51 73 94 64

Pierre Lelièvre  :    lelievre.pierre@neuf.fr                      06 09 17 68 46)

Bonis Diatta             00 221 77 605 93 57